L’attente

C’est fou comme on change. En l’espace de quelques années, nous sommes devenus étrangers l’un à l’autre. Toi qui me promettais l’éternité et moi qui faisais pareil. J’en arrive à me demander si ce “nous” que nous avons construit existe encore ? Si tout ça n’était qu’un chapitre d’un roman à l’eau de rose ? En attente d’une réponse.

cadenas en forme de coeur et paire de clé, attente

Crédit : Pixabay

J’avais trouvé en toi cette personne à laquelle je voulais remettre la clé de moi, peut-être était-ce trop lourd comme responsabilité ? Peut-être qu’il ne faut pas demander aux autres de nous porter, de nous aider à nous construire, de nous aider à guérir de ces blessures centenaires que nous portons aux tréfonds de notre être ? Puisque la société nous fait croire qu’on n’est pas fait pour marcher seul, je voulais croire que j’avais trouvé cette âme avec laquelle j’allais tracer le reste du chemin. Comme un enfant tout excité devant le cahier quadrillé et sa boite de crayons de couleurs, j’avais dessiné ce que demain serait. Toi, tout ce que tu voudrais être et moi avec mes piles de livres et l’écriture pour donner du sens au quotidien.

J’aurais dû te demander peut-être ta vision de ce lendemain ? L’avais-je dessinée tout seul, sans ton avis ? Et du coup, tu ne t’es pas retrouvé dans les couleurs que j’ai choisies.

Je voulais être là. Je voulais être ce rocher qui arrêterait la violence des vagues, ces hautes montagnes qui feraient barrage aux vents forts. Mais au final, j’ai senti que tu n’avais pas envie ni besoin d’un rocher, que tu l’étais pour toi-même. Que tu étais ton propre bouclier et que tu arrêtais les coups tout seul. Je te regarde sur le ring de la vie, je te vois parer les coups, je les sens, je saigne même. Tu te relèves à chaque fois et tu continues la bataille. Peut-être est-ce cela qui m’avait attiré, cette force inconnue qui brillait dans tes yeux. Ne pensant qu’à moi-même et inconsciemment, je me suis dit que j’allais puiser dans cette lave pour coller mes fêlures.

Écrire pour survivre 

Je t’écris peut-être par pur égoïsme, parce ça me tue de savoir que d’autres te regardent, te désirent. Je t’écris aussi parce que la distance n’a pas éteint le feu, parce que je crois encore en ce lendemain. Si j’avais encore à le dessiner, tu choisirais tes propres couleurs.

stylo, écriture, attente

Crédit photo : Pixabay

Est-ce qu’il y aura d’autres lettres, je n’ai aucune certitude. Je sais que tant que je pourrai encore tenir un stylo et taper des lettres sur un clavier, il y en aura. Il y aura aussi des poèmes, des nouvelles, des récits, des romans. Tu seras partout, plus qu’un souvenir. Un personnage. Une image qui ne s’effacera pas. En attendant, je suis l’étranger assis à la gare, en train d’attendre.

3 réflexions au sujet de « L’attente »

  1. Lorsque les mots touchent la profondeur des émotions, l’âme humaine ne peut qu’en être subjuguée. Le texte est très narrateur d’une ostensible affection que l’on porte à un être cher. Est-ce une âme sœur ? Tout porte à croire qu’oui. Les émotions que tu décris sont-elles sont partagées ? À cette deuxième question, tu es le seul à pouvoir y répondre. Toutefois, il est évident qu’aucune âme ne peut être insensible à un tel charme et une telle précision de l’écriture. Tu as la plume habile et séduisante surtout sincère. Continue !

    • Soumana, merci d’avoir pris le temps de lire le texte et surtout de faire un commentaire. Ça fait plaisir de voir que les mots t’ont touché. C’est un texte empreint d’émotions, issu des profondeurs de l’âme de son auteur. C’est un prétexte pour dire la vie, dire l’autre, mettre des mots sur la douleur, la solitude et le vide de l’autre. Merci encore.

  2. Ping : Les pépites de Mondoblog : questionnements intérieurs — Mondoblog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *